Search post, tags and authors
KryptoLatam : Naviguer dans le monde des cryptomonnaies en Amérique latine

KryptoLatam : Naviguer dans le monde des cryptomonnaies en Amérique latine

By Oreld Hadilberg
Reviewed by Tony Spilotro

Table des matières

Introduction

Dans l'arène numérique, les actifs cryptographiques brillent comme des pionniers d'une nouvelle ère, défiant les normes établies. Des régions les plus méridionales aux coins les plus septentrionaux, des millions de Latino-Américains et de citoyens des Caraïbes optent pour ces actifs en tant qu'alternative moderne et avantageuse pour gérer leurs finances.

L'Amérique latine fait face à d'importants défis économiques, marqués par un fossé de richesse prononcé selon les données de la Banque mondiale. La disparité économique, exacerbée par des facteurs tels que le travail informel et la pauvreté, engendre la frustration, la violence et la méfiance envers les institutions gouvernementales. Dans ce contexte, l'industrie des cryptomonnaies émerge comme un agent transformateur, visant à démocratiser l'accès aux services financiers.

Ces devises numériques décentralisées offrent des transactions rapides, sécurisées et transparentes, remettant en question les systèmes traditionnels qui ne répondent pas aux besoins de la population latino-américaine.

Régulation des cryptomonnaies en Amérique latine

Uruguay : En 2018, la Chambre uruguayenne de la FinTech a créé une Commission des cryptomonnaies pour établir un cadre réglementaire spécifique. En décembre 2022, un projet de loi visant à réguler les cryptomonnaies a été approuvé par la Chambre des députés, en attente de promulgation sous la supervision de la Banque centrale de l'Uruguay (BCU). Le projet inclut les fournisseurs de services d'actifs virtuels sous la supervision de la BCU, imposant des exigences obligatoires pour les entreprises de cryptomonnaies.

Brésil : En 2022, le Brésil a promulgué la Loi Bitcoin, devenant l'un des rares pays avec des réglementations spécifiques. Elle crée une agence fédérale pour réglementer les entreprises de cryptomonnaies et octroie des licences pour les "services virtuels". La Commission brésilienne des valeurs mobilières (CMV) supervisera les actifs numériques considérés comme des titres. Les fournisseurs de services ont 180 jours pour se conformer et ne peuvent opérer qu'avec une autorisation gouvernementale.

Bolivie : En 2014, la Bolivie est devenue le premier pays d'Amérique latine à interdire les cryptomonnaies, citant l'absence de cadres réglementaires et les risques associés. La Banque centrale bolivienne a réitéré l'interdiction à plusieurs reprises jusqu'en 2022.

Mexique : En 2018, le Mexique a promulgué la Loi Fintech, obligeant la Banque du Mexique à réglementer les cryptomonnaies. La loi ne restreint pas les fournisseurs de services de cryptomonnaies mais établit des exigences pour les institutions financières utilisant la technologie.

Paraguay : En 2021, le Sénat a approuvé un projet de loi visant à réglementer les cryptomonnaies, visant la sécurité juridique et fiscale. Cependant, il a été veto en 2022 et par la suite mis de côté en raison de dissensions au Congrès.

Pérou : Le Congrès péruvien débat du projet de cadre de marketing des actifs cryptographiques. Bien qu'il n'interdise pas les opérations de cryptomonnaies, il existe un vide juridique dans sa régulation, et les entités étatiques mettent en garde contre les risques et le blanchiment d'argent.

Équateur : En 2022, l'Équateur a promulgué la Loi Fintech pour fournir une sécurité juridique aux entreprises de technologie financière, excluant les cryptomonnaies du texte final par crainte de déstabiliser le système financier.

Colombie : En 2021, l'UIAF a émis une résolution obligeant les bourses à signaler les transactions. En 2022, la Chambre basse a approuvé un projet de loi accordant l'autonomie aux utilisateurs d'actifs cryptographiques et établissant des réglementations pour les bourses.

Chili : En 2023, le Chili a promulgué la Loi Fintech pour réglementer les services financiers, y compris les cryptomonnaies. La Commission du marché financier (CMF) supervisera la conformité, établissant des obligations pour les entreprises de technologie financière.

Panama : Au Panama, un projet de loi sur les cryptomonnaies vise à réglementer le bitcoin et l'éther, proposant leur utilisation comme méthode de paiement mondiale. Après des modifications et des vetos, il reste un sujet de débat et de critique.

Venezuela : En 2018, le Venezuela a sanctionné un décret pour réglementer les cryptomonnaies, créant des entités telles que SUNACRIP. En 2022, la loi fiscale a été réformée pour taxer les opérations impliquant des cryptomonnaies.

El Salvador : En 2021, El Salvador est devenu le premier pays à accepter le bitcoin comme monnaie officielle grâce à la Loi Bitcoin, établissant des réglementations et des mesures complémentaires pour l'écosystème.

Argentine : Malgré l'absence de régulation centralisée, l'Argentine impose des taxes sur les cryptomonnaies et exige des rapports. En 2022, un projet a été présenté pour déclarer les actifs non divulgués.

Honduras : Cette année, le Honduras a adopté le bitcoin comme moyen de paiement et de règlement.

Facteurs favorisant l'acceptation des cryptomonnaies en Amérique latine .

Selon coinmap, actuellement le Brésil, l'Argentine, la Colombie et l'Équateur figurent parmi les pays avec la plus forte adoption des cryptomonnaies.

Problèmes d'inflation : La région connaît une inflation généralisée, diminuant l'attrait des devises fiduciaires classiques. Les cryptomonnaies, avec leur offre limitée, se révèlent plus résistantes à l'inflation. Dans des pays comme le Venezuela, avec une inflation dépassant les 10 000 %, les cryptomonnaies apparaissent comme une option plus attrayante pour préserver la valeur et effectuer des transactions.

Instabilité politique : Les cryptomonnaies offrent un moyen de stocker de la valeur sans être soumises à l'intervention gouvernementale. L'instabilité politique est une caractéristique commune dans la région, et dans certains pays comme le Venezuela et le Nicaragua, le gouvernement a confisqué les économies des citoyens. Les cryptomonnaies offrent un moyen de contourner ce risque, car elles ne sont pas contrôlées par une entité gouvernementale.

Inclusion financière : Les cryptomonnaies peuvent offrir des opportunités à ceux qui n'ont pas accès aux services financiers conventionnels, leur permettant de participer à l'économie. L'inclusion financière est un défi en Amérique latine, où environ 50 % de la population n'a pas accès à un compte bancaire. Les cryptomonnaies fournissent une alternative pour effectuer des transactions financières sans avoir besoin d'un compte bancaire. Ces facteurs ont suscité l'intérêt et l'adoption des cryptomonnaies dans la région latino-américaine, offrant des solutions aux défis économiques et politiques auxquels sont confrontés de nombreux habitants.

Avantages de l'adoption des cryptomonnaies en Amérique latine

Amélioration de la qualité de vie des utilisateurs : L'adoption de ces monnaies pour les systèmes d'échange représente un scénario d'accès libre où, n'étant pas liées à l'économie ou à la politique d'un pays, elles peuvent être transférées à n'importe quelle personne ou entité n'importe où sur la planète instantanément ; c'est une monnaie mondiale.

Opportunités commerciales : Les cryptomonnaies offrent des opportunités commerciales en raison de leur volatilité ; leurs prix peuvent varier considérablement d'un jour à l'autre, offrant un actif à haut risque avec des rendements élevés.

Décentralisation : Contrairement aux monnaies traditionnelles, les cryptomonnaies sont "décentralisées", ce qui signifie qu'elles ne sont pas réglementées par un organisme de régulation. Elles fonctionnent 24h/24 sur différentes bourses mondiales.

Transactions transparentes : Les transactions et opérations avec les cryptomonnaies sont enregistrées dans un grand livre partagé qui fournit des informations précises au destinataire, assurant la sécurité et la confiance pour des opérations continues.

Réduction des coûts d'infrastructure : Les coûts d'infrastructure des banques pourraient diminuer de 15 à 20 milliards de dollars d'ici 2022, redirigeant cet argent pour améliorer les mécanismes numériques et mettre en œuvre des modèles à grande échelle. Étant donné que plus de 20 % des entreprises de services financiers sont des Fintech, améliorer leurs conditions est hautement nécessaire après la pandémie.

La croissance des entreprises de cryptoactifs en Amérique latine

Au milieu du "boom mondial des transactions numériques", les plateformes de cryptoactifs en Amérique latine et dans les Caraïbes ont connu une croissance significative, plus que doublant depuis 2016 et atteignant plus de 170 entreprises actives d'ici 2022, selon un rapport du Cambridge Centre for Alternative Finance (CCAF) et de la Banque interaméricaine de développement (BID). Le document, intitulé "Écosystème des cryptoactifs en Amérique latine et dans les Caraïbes", souligne que ces entreprises évoluent vers des fournisseurs complets de technologie financière (fintech), servant de guichet unique pour les investisseurs, les consommateurs et les entreprises. Le rapport, basé sur les réponses de 52 entreprises du secteur privé et de 31 institutions publiques de la région, indique qu'environ 100 entreprises ont leur siège opérationnel ou leur organisation mère établie en Amérique latine. En ce qui concerne la répartition de ces entreprises fintech de cryptoactifs dans la région, le rapport souligne sa nature inégale, bien qu'il y ait une concentration dans les centres économiques du Brésil (15), de l'Argentine (11) et du Mexique (10). De plus, des destinations exotiques telles que les îles Vierges britanniques et les îles Caïmans figurent également sur la liste des pays où des entreprises de cryptoactifs ont été établies, probablement en raison des avantages fiscaux qu'elles offrent à ces entités.